La ruche kényane ou l’occasion de réinterroger nos pratiques apicoles

Daniel IsorezPetit compte-rendu de la conférence très chouette de Daniel Isorez, responsable de l’école d’apiculture du Musée du Miel à Lobbes à propos de la «ruche kenyane ». Un modèle de ruche assez intéressant qui compte quelques adeptes en Belgique.

La rapiculture_prehistoireuche dite kenyane est en fait une ruche horizontale du même type que celles qu’on trouvait autour de la Mer Méditerranée durant l’Antiquité et bien plus tôt si on se réfère à la peinture rupestre de la grotte de l’Araignée (Cueva Arana) en Espagne qui est sans doute la première représentation apicole humaine.
L’appellation kenyane faisant référence aux modèles de ruches encore utilisés presque partout en Afrique centrale, du Cameroun en passant par le Ruanda par exemple. Elle symbolise surtout une approche traditionnelle de l’apiculture. ruche_afrique_cylindreEn Afrique, techniquement, elle se compose souvent d’un cylindre composé en terre cuite (Afrique du Nord, Egypte…) ou d’un genre de tronc recouvert de feuilles de bananier pour éviter les affres des pluies tropicales. Par chez nous, le matériau idéal est bien sûr le bois. Toutes les tailles sont possibles, on avertit néanmoins sur deux points extrêmement importants lors de la conception de « son modèle ».

1) L’angle total des deux côtés doit être de 120°. Ceci afin que les gâteaux de cire ne collent pas (ou peu) au corps de la ruche.

2) Il faut veiller à ce que la hauteur ne soit pas trop haute, une trentaine de cm semblant suffisante. Ces deux directives sont primordiales car nous touchons ici à l’intérêt naturaliste de la méthode. On placera de simples barrettes de 35 mm de large enduites de cire comme « haut de cadre ». Les abeilles seront attirées par la cire et bâtiront tout elles-mêmes selon leur merveilleuse méruche_kenyanethode de « vraies bâtisses » comme nous devisions toujours avec Roger. C’est pourquoi les cadres non filés devront rester de dimensions modestes et manœuvrés avec délicatesse comme de bon aloi pour un apiculteur… Ceci dit, les dimensions du volume sont idéales pour les abeilles et naturelles car on introduit aucune cire à l’intérieur. Et voilà!
On trouvera difficilement une méthode plus simple, naturelle et respectueuse des abeilles. Quelques aménagements techniques: sous la ruche un grillage. Puis, on intervient toujours par l’arrière, donc on dérange les abeilles au minimum. On peut créer trois trous de vol sur une des faces latérales de la ruche, on peut donc diviser en ajoutant une simple partition. On peut placer une vitre sur l’autre face latérale. Pour récolter ? Retirer quelques barrettes de miel par l’arrière, puis en remettre des neuves. On doit retirer quelques vieux cadres de l’avant ? On les retire et on resserre. En fait on n’insère jamais de cadres au milieu de la grappe. Resserrer et ajouter par l’arrière et c’est tout. Pour peupler ? Idéalement un essaim. N’entrons pas plus loin dans les détails, mais avouons que cette méthode simple pourrait combler certains apicultrices ou apiculteurs passionnés par une optique naturaliste.

Pour terminer, reprenons la conclusion de l’exposé de Daniel Isorez : cette pratique permet

  1. un développement plus naturel de la colonie.
  2. C’est un système peu coûteux en investissement, peu de matériel et pas d’extracteur.
  3. Il pourrait être reconnu « bio » selon l’environnement, mais ne rentrons pas ici trop dans ce débat.
  4. Les visites sont beaucoup moins invasives, donc les abeilles restent plus calmes.
  5. Ça favorise la lutte contre varroa car les cellules sont idéalement bâties suivant la taille des abeilles et on ne s’oppose pas à tout prix à l’essaimage.
  6. Le système nécessite une connaisse apicole indispensable, certes, quoique minimale. Vous pouvez consulter des plans, photos et liens sur notre site pour mieux appréhender cette ruche kenyane vraiment sympathique.

JF Charlier 17 mars 2015

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s